Quatre mois de découverte et d'enseignement de FLE au Chili!

25/03/2007 - La journée de préparation

Après une soirée calme où on a pris un verre tous ensemble (les 8 assistants et Manuel, le responsable) et une bonne nuit à l’hôtel nous sommes partis le mardi matin al Instituto chileno-frances pour que l’on nous explique en quoi allait consister notre travail. Il suffit de dire que tout cela est très bien organisé et que je vais vivement conseiller ce stage auprès des enseignants FLE à Nice !

J’ai appris que j’enseignerai dans deux universités à Temuco – la Catolica et la Frontera – et aussi dans deux lycées dans une ville que je ne connais pas, Traiguen.

 A part le côté professionnel de la journée, les responsables nous ont aussi donné des conseils sur la vie au Chili et sur les dangers particuliers que l’on pourrait rencontrer. De ceux-ci j’ai retenu :

1) Les tremblements de terre : il parait qu’ici il y a des tremblements tous les jours, que l’on ne sent pas pour la plupart. Mais il est déjà arrivé qu’il y ait des vraies secousses et que les assistants prennent peur donc Manuel préfère nous prévenir ! Ces conseils : ne pas sortir en courant dans la rue (malgré la panique des autres chiliens !) mais se placer sous une porte (il existe un mot pour dire cet endroit mais je ne le connais pas en français) et attendre calmement que l’immeuble tombe autour de vous !

2) Le danger qui m’inquiète le plus car il a huit pattes et est potentiellement mortel, l’araignée dite « del rincon » (du coin). Cette petite araignée au corps dodu et aux pattes fines vit dans les coins des pièces et sa morsure peut entraîner la mort !! Conseils pour éviter une visite de celle-ci : ranger sa chambre !!! Eh oui, ne pas laisser traîner ses affaires et ainsi éviter de donner des endroits où l’araignée peut se cacher…C’est la meilleure raison que j’ai jamais entendu pour ranger sa chambre !! Heureusement, il n’y aurait que 2 morts par an à cause de cette petite bête !

3) Pour continuer dans les bestioles, il y avait une autre histoire d’un genre de rat qu’il fallait éviter … mais j’ai pas tout suivi en espagnol donc ce danger reste méconnu!

4) Dernièrement, et cette fois de cause humaine, Manuel nous a prévenu qu’au cours du mois d’avril, nos universités seront sûrement fermées à cause de grèves et de manifestations qui ont lieu chaque année contre le coût de l’éducation supérieure ici. Apparemment, ces grèves sont quelque peu plus musclées que celles qui ont lieu en France (ah, le CPE…), du style bombes Molotov et gaz lacrymogène… De plus, les manifestations de Temuco ont une réputation d’être particulièrement violentes vues les tensions qui résident ici entre les forces de l’ordre et la communauté mapuche (qui est défendue par les étudiants, nombreux étudiants sont d’ailleurs issus de cette communauté)… On est censé commencer les cours de 2 avril ! On verra !  

 Après ces détails pratiques, notre groupe s’est vite dispersé avec les départs dans nos villes respectives. Avec un autre assistant, nous avons fait l’expérience du métro de Santiago à une heure de pointe, un autre danger du Chili, (le jour précédent, 2 personnes étaient mortes asphyxiés dans ces mêmes conditions…) pour aller acheter nos billets de bus pour le soir même. Départ à la même heure (minuit), voyage de plus ou moins la même distance (je suis quand même la plus éloignée de Santiago !) mais dans des directions opposées : lui vers le nord (la Serena) et moi le sud !  

 En attendant minuit, nous sommes allées voir un film francophone (semaine de la Francophonie !) au sous sol du palais de la Moneda… L’Iceberg : un film belge que je vous conseille vivement pour son humour déjantée et surréelle et la justesse des acteurs qui s’expriment avec des gestes plus que des mots (il y aurait sûrement des exploitations à faire en classe de FLE !)

 Bien fatiguée et pas trop triste de quitter la grande capitale, je suis montée dans le bus à minuit, pour un voyage de 8h jusqu’à Temuco où l’on m’avait dit de me présenter à l’Alliance Française...


0 commentairesAjouter un commentaire !Lien permanent

25/03/2007 - L'arrivée à Santiago...

Le voyage en avion que je craignais tant s’est finalement passé sans grande angoisse (à part le départ à l’aéroport…   ). J’ai retrouvé deux autres assistantes FLE à Madrid avant de prendre l’avion. Voyageant de nuit la meilleure chose à faire était de dormir !

J’ai quand même attaqué le livre de Neruda, J'avoue que j'ai vecu. Et dès la première phrase, toute contente, je trouve des références à l’Araucanie et à Temuco, région et ville où Neruda grandit et vers laquelle je me destinais: «Je dirai pour commencer cette évocation des jours et des années de mon enfance que le seul personnage que je n’ai pu oublier fut la pluie. La grande pluie australe qui tombe du Pôle comme une cataracte, depuis le ciel du Cap Horn jusqu’à la Frontière. … Il pleuvait des mois entiers, des années entières. … » Et ainsi de suite ! Ha ha ha !!

 Malheureusement, on n’a pu voir la traversée de la Cordillère et l’arrivée sur Santiago que sur l’écran télé dans l’avion car on n’avait pas de fenêtre à côté de nous… qué lastima !

 Finalement arrivées au sol, on a été accueilli par le responsable du programme, Manuel qui nous emmena de suite à notre hôtel pour la nuit, une 3 étoiles avec piscine au 16e étage dominant la capitale !! Et il faisait bien un temps pour se baigner : super chaud !!!

 Le reste de la journée on s’est promené dans la ville avec les autres assistantes, un peu dans les vapes avec le décalage horaire, la fatigue etc… Mes premières impressions de Santiago furent donc un peu floues, sous la chaleur, dans une ville bruyante et quelque peu polluée…

Quelques détails se détachent cependant : mon premier jugo au melon, jus de fruit délicieux sur la plaza de Armas, grande place au centre de Santiago (je mettrai des photos prises par les autres assistantes bientôt !).

Assises à une terrasse sur cette place, on était attristée de voir passer un jeune, les vêtements complètement déchirés et tâchés de saleté, demandant de l’argent… Quelques minutes plus tard, un autre jeune dans le même état…et puis tout un groupe, avançant ensemble sales mais souriants et portant des têtes de poissons autour du cou !!! Décidément il se passe des drôles de choses au Chile !!

(On a appris depuis qu’il s’agit d’un genre de bizutage subit par les étudiants de première année. On leur jette de la farine, des œufs, du poisson pourri et puis ils se promènent en ville dans cet étrange état !) 

 

Voulant voir un peu les sites de la ville, je suis partie avec Adriana au cerro Santa Lucia, une colline au centre de la ville avec un joli parc, des fontaines etc. En montant les nombreux escaliers sous le soleil et entouré de cactus et de bougainvillée, je ne pus m’empêcher de penser à Nice et la colline du château !



C’est fou comment, même à l’autre bout du monde, on compare ce que l’on voit avec ce que l’on connaît déjà, avec nos repères… Arrivée en haut par contre (où il y avait en effet, un petit château), la vue n’était pas de la Baie des Anges mais des énormes buildings de Santiago… j’avoue que personnellement, je préfère la première !  


 

Devant cette masse de bâtiments, on était en train de se demander avec Adriana ce que nous allions visiter ensuite quand deux chiliens se sont présentés à nous pour nous parler de leur ville (et nous proposer d’aller danser la salsa plus tard avec eux !). Originaires de Santiago, ils nous ont conseillé d’aller au cerro San Cristobal pour avoir une vue encore meilleure de la ville (il faut dire que c’était la seule chose qu’ils ont su nous proposer à voir dans leur ville, une ville qu’ils aimaient pour sa « nightlife » mais qu’ils ne considéraient pas comme une belle ville…).


 

On a donc traversé le barrio bellavista, quartier bohème de Santiago avec ses maisons vivement colorées et ses bars étudiants pour arriver au funiculaire qui monte à la virgen. Et arrivée en haut, la vue était en effet, impressionnante.


Me voilà, bien fatiguée quand même!


Au pied de la statue de la Sainte Vierge régnait un calme bienvenu…


1 commentairesAjouter un commentaire !Lien permanent

Qui suis-je ?

Un stage à l'étranger? L'opportunité de voyager, de découvrir, de voir un autre bout de la planète... L'histoire d'une étudiante de FLE et son stage de fin de Master 2 dans le sud du Chili!
The WeatherPixie
«  Octobre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 

Rubriques

Anecdotes
Mes promenades au Chili!
Les cours de français
La vie à Temuco
G comme gastronomie!
Le départ et l'arrivée

Menu

Accueil
Voir mon profil
Album photos
Archives
Amis

Liens amis

Mes amis

arghira